MacMusic.org  |  PcMusic.org  |  440Software  |  440Forums.com  |  440Tv  |  Zicos.com  |  AudioLexic.org
Loading... visitors connected
3 Pages V  < 1 2 3 >  
Reply to this topicStart new topic
> Culture Libre Le Débat, Les utilisateur de logiciels libres s'attaque à la musique
Marsu
post Sun 10 Jan 2010, 01:35
Post #11


Tikophobe forever…
Group Icon

Group: Team
Posts: 6,650
Joined: 08-Feb 03
From: Fontaine Daniel - FR
Member No.: 11,773




Citation (telaim @ dim 10 jan 2010, 01:03) *
Qu'est ce qui empêche ce monde "libre" d'exister parallèlement au modèle "officiel" ? ( je dis ça , mais je m'en fous: je fais de la musique pour gagner de l'argent laugh.gif )


Mais rien n'empêche ce monde "libre" (et encore…) d'exister ! Le truc, c'est que c'est toujours pareil : c'est libre au début, et puis au fur et à mesure, ça devient de plus en plus complexe, et ensuite ça finit avec des "dérogations" pour gagner de l'argent.

Si c'est libre, c'est libre. Pas besoin de licences ou de protection finalement. smile.gif


--------------------
Site à jourBlog
N'hésitez pas à contribuer à l'AudioLexic !
Petite boutique en ligne iApps
Go to the top of the page
 
+Quote Post
telaim
post Sun 10 Jan 2010, 12:30
Post #12


Hero
*******

Group: Members
Posts: 1,356
Joined: 29-Aug 03
From: Paris - FR
Member No.: 23,781




Citation (Marsu @ dim 10 jan 2010, 01:35) *
Citation (telaim @ dim 10 jan 2010, 01:03) *
Qu'est ce qui empêche ce monde "libre" d'exister parallèlement au modèle "officiel" ? ( je dis ça , mais je m'en fous: je fais de la musique pour gagner de l'argent laugh.gif )


Mais rien n'empêche ce monde "libre" (et encore…) d'exister ! Le truc, c'est que c'est toujours pareil : c'est libre au début, et puis au fur et à mesure, ça devient de plus en plus complexe, et ensuite ça finit avec des "dérogations" pour gagner de l'argent.

Si c'est libre, c'est libre. Pas besoin de licences ou de protection finalement. smile.gif

Ne rien faire de ce qui risque d'être perverti par l'être humain: autant arrêter de penser... ou même de respirer biggrin.gif


--------------------
"J’ai une douleur je ne sais où, Née de je ne sais quoi,
J’en guérirai je ne sais quand, Si me soigne je ne sais qui."
Chant flamenco (Anonyme)
Go to the top of the page
 
+Quote Post
overdrive
post Mon 11 Jan 2010, 09:21
Post #13


Junior Member
***

Group: Members
Posts: 143
Joined: 06-Apr 02
From: St Germain En Laye - FR
Member No.: 4,151




Citation (Anthologie @ sam 9 jan 2010, 21:16) *
Je vous trouve très durs avec les personnes qui ont organisé ce salon, même si je vous comprends. Je pense même qu'il s'agit de personne EXTREMEMENT BIEN renseignées, et pourtant il me semble bien qu'ils font parti de mes "concurrents" ! Ils défendent le fait que la Sacem n'aide pas tellement la musique indépendante à se développer, car elle ne se concentre exclusivement que sur les artistes reconnus vendant plusieurs centaine de millier d'albums. D'après le rapport annuel de 2008, seuls 12 527 membres sur 128 000 touchent plus de 1000 euros de royalties, soit 9,7% des adhérents. Et pour la plupart, 64,6% des membres, il n'y a aucune rémunération !


Bonjour, respectueusement, 2 petites remarques :

- La Sacem, n'est pas là pour "aider" la musique indépendante ou autre, c'est un organisme de gestion collective de droits. Elle collecte (sic) et répartit les sommes issues de l' exploitation des œuvres de son catalogue, entre les ayants-droits membre de la Société.

- Le système de gestion de la Sacem, est basé sur les œuvres, réunies en catalogue, et non sur les membres. Donner des chiffres membre/perception est une manière de présenter les choses qui ne reflète pas la réalité du système. Il serait plus juste de parler du nombre d' Oeuvres au répertoire de la Sacem qui générent ou non des droits.
Le mot "royalties" en parlant de Sacem est incorrect, puisqu'il s'agit de Droits d' Auteur, les royalties concernent un échange commercial avec un maison de disque, par exemple.

Dernier point, même si ce n'est pas la mission de la Sacem "d' aider la musique" (au sens financier), elle le fait cependant, dans le cadre de la Loi de 1985, consacrant de mémoire 20% (ou 25) des sommes perçues au titre de la Copie Privée, à l' Action Culturelle, notamment vers les répertoires qui en ont "besoin", répertoires qui sont le plus souvent chez des "indépendants".
Pour l'anecdote, la Copie Privé a encore perdu dans les 30% l'année dernière, suite à la baisse des vente de supports physiques.

Bonne journée.


O.


--------------------
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
O.
Pas de droits...pas de chocolat !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Anthologie
post Mon 11 Jan 2010, 12:49
Post #14


Newbie


Group: Members
Posts: 16
Joined: 09-Jan 10
From: Aix-en-Provence - FR
Member No.: 112,377




Citation (overdrive @ lun 11 jan 2010, 09:21) *
Bonjour, respectueusement, 2 petites remarques :

- La Sacem, n'est pas là pour "aider" la musique indépendante ou autre, c'est un organisme de gestion collective de droits. Elle collecte (sic) et répartit les sommes issues de l' exploitation des œuvres de son catalogue, entre les ayants-droits membre de la Société.

- Le système de gestion de la Sacem, est basé sur les œuvres, réunies en catalogue, et non sur les membres. Donner des chiffres membre/perception est une manière de présenter les choses qui ne reflète pas la réalité du système. Il serait plus juste de parler du nombre d' Oeuvres au répertoire de la Sacem qui générent ou non des droits.
Le mot "royalties" en parlant de Sacem est incorrect, puisqu'il s'agit de Droits d' Auteur, les royalties concernent un échange commercial avec un maison de disque, par exemple.

Dernier point, même si ce n'est pas la mission de la Sacem "d' aider la musique" (au sens financier), elle le fait cependant, dans le cadre de la Loi de 1985, consacrant de mémoire 20% (ou 25) des sommes perçues au titre de la Copie Privée, à l' Action Culturelle, notamment vers les répertoires qui en ont "besoin", répertoires qui sont le plus souvent chez des "indépendants".
Pour l'anecdote, la Copie Privé a encore perdu dans les 30% l'année dernière, suite à la baisse des vente de supports physiques.


Très bonne remarque... Mais même si j'ai pu être maladroit dans mes propos, je ne suis pas en totale désaccord avec la Sacem, qui fait sa part du boulot, et c'est un boulot énorme (notamment la collecte qui te fait "siquer"). C'est juste la gestion collective des droits d'auteurs que je trouve non adaptée à la scène indé. La gestion individuelle des droits d'auteurs telle que proposée par les licences libres me semble plus appropriée aux indés (le fait de ne pas pouvoir diffuser sa musique gratuitement est un réel frein à la promotion de leur musique). L'aspect concurrentiel et mercantile mis en avant par la gestion collective me dérange, la musique étant alors gérée comme des produits de consommation (non culturels). D'ailleurs ta remarque confirme à mon sens mon propos sur le fait que la Sacem n'est pas appropriée aux artistes indés.

De plus le système de répartition des revenus des droits d'auteurs désavantage grandement les "petits" qui vont avoir moins que les "grands" pour la même quantité d'écoute en radio par exemple. Puis ayant travaillé en radio, je sais que les radios ont une grosse part de responsabilité également (mais c'est toute l'industrie avec l'absurdité Mediametrie, mais c'est un autre débat...). Ca associé au comportement des majors et leur business model foireux (90% des artistes non rentables)... Mais bon faut pas être utopiste et se dire qu'on va révolutionner le monde...

D'une manière générale, la culture est de toute manière très mal gérée... en France on se targue d'avoir une Ministère de la Culture, mais quand on sait que la grosse majorité du budget sert à subventionner les "gros" à coup de millions, quand une asso organisant un festival à 500 entrées sur 2 soirs se voit refuser une demande de 300 euros pour rentrer dans ses frais (exemple parmi tant d'autres).

Il ne faut pas se leurrer, la majorité des artistes ne peuvent pas vivre de leur musique, c'est clair, mais il pourrait y en avoir plus. Et plus qui pourrait gagner de quoi investir dans du matos ou dans une semaine de studio. C'est exactement avec cette pensée que j'ai passé les 2 dernières années de ma vie à monter avec mon association un business model pour notre plateforme de rémunération des artistes non Sacem. C'est un petit pavé dans la marre qui j'espère pourra perdurer pour y construire une (petite) île indépendante (comme il yen aura d'autres).

Maintenant, si tu vois que certaines choses que je dis sont absurdes, fais-moi signe smile.gif Peut-être que tu sais des choses que je ne sais pas, et je suis assoiffé de connaissance sur le sujet...


--------------------
Go to the top of the page
 
+Quote Post
overdrive
post Mon 11 Jan 2010, 15:45
Post #15


Junior Member
***

Group: Members
Posts: 143
Joined: 06-Apr 02
From: St Germain En Laye - FR
Member No.: 4,151




Citation (Anthologie @ lun 11 jan 2010, 12:49) *
De plus le système de répartition des revenus des droits d'auteurs désavantage grandement les "petits" qui vont avoir moins que les "grands" pour la même quantité d'écoute en radio par exemple.



Pardon, je comprend pas trop ce que tu veux dire, dans l'audiovisuel, il y a un tarif à la minute qui est le même pour tous, pas de "gros", pas de "petits".

Peut-être fais-tu allusion aux monts dits "irrepartissables", qui justement sont répartis, pas une sorte de système de pourcentage entre les sociétaire ayant perçus des droits.

Cependant, la Sacem répartit 95% à la séance, œuvre par œuvre, ce qui réduit considérablement ces répartitions par sondage. Maintenant, c'est vrai que 5% d'environ 500M€, ça fait pas mal d' oseille !

Et puisque j'ai ta permission, je pense exactement le contraire de toi concernant la Gestion Collective, elle favorise les "petit" comme tu dis, les "gros" préférant négocier dès que possible leur propres arrangements, puisqu'ils en ont les moyens, vu qu'ils sont gros !

Quant au Ministère de la Culture, ça n'a pas grand chose à voir avec la Sacem....

O.

O.


--------------------
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
O.
Pas de droits...pas de chocolat !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Anthologie
post Mon 11 Jan 2010, 17:00
Post #16


Newbie


Group: Members
Posts: 16
Joined: 09-Jan 10
From: Aix-en-Provence - FR
Member No.: 112,377




Citation (overdrive @ lun 11 jan 2010, 15:45) *
Citation (Anthologie @ lun 11 jan 2010, 12:49) *
De plus le système de répartition des revenus des droits d'auteurs désavantage grandement les "petits" qui vont avoir moins que les "grands" pour la même quantité d'écoute en radio par exemple.



Pardon, je comprend pas trop ce que tu veux dire, dans l'audiovisuel, il y a un tarif à la minute qui est le même pour tous, pas de "gros", pas de "petits".

Peut-être fais-tu allusion aux monts dits "irrepartissables", qui justement sont répartis, pas une sorte de système de pourcentage entre les sociétaire ayant perçus des droits.

Cependant, la Sacem répartit 95% à la séance, œuvre par œuvre, ce qui réduit considérablement ces répartitions par sondage. Maintenant, c'est vrai que 5% d'environ 500M€, ça fait pas mal d' oseille !

Et puisque j'ai ta permission, je pense exactement le contraire de toi concernant la Gestion Collective, elle favorise les "petit" comme tu dis, les "gros" préférant négocier dès que possible leur propres arrangements, puisqu'ils en ont les moyens, vu qu'ils sont gros !

Quant au Ministère de la Culture, ça n'a pas grand chose à voir avec la Sacem....

O.

O.


Je n'ai jamais entendu un "petit" être content de la Sacem... J'aimerais vraiment que tu m'expliques comment elle les favorise, ça serait une grande découverte pour moi !

Voilà ce que je sais : lors d'une enquête d'opinions sur la Sacem que j'ai fait pour préparer mon projet, à une époque où je pensais que c'était adapté à tout le monde (je voulais y inscrire mon groupe), je n'ai eu AUCUN témoignage positif au niveau de ce que ça leur rapporte financièrement. Au mieux ils étaient contents que leurs morceaux soient protégés. Puis ce sont des employés de la Sacem eux-même qui m'ont dit que pour un même nombre de passages à la radio, Johnny se faisait plus d'argent qu'un artiste ayant vendu 1000 albums, car les ventes d'albums sont prises en compte.

J'ai ensuite appris : la gestion collective ne permet pas à un indé de décider quoi faire de sa musique. S'il veut s'auto-diffuser, il devra payer à sa propre société une taxe sur chaque MP3 téléchargé ou écouté en streaming. Il n'y a pas de cas par cas possible, et je veux bien le comprendre par rapport au fonctionnement d'une grosse boite comme la Sacem.

Puis je n'ai jamais dit que le Ministère de la Culture et la Sacem c'était pareil ! Je soulignais juste qu'entre les médias, la Sacem et l'Etat, il n'y a personne pour aider les indés à être écoutés... voilà tout.

This post has been edited by Anthologie: Mon 11 Jan 2010, 17:13


--------------------
Go to the top of the page
 
+Quote Post
overdrive
post Mon 11 Jan 2010, 19:28
Post #17


Junior Member
***

Group: Members
Posts: 143
Joined: 06-Apr 02
From: St Germain En Laye - FR
Member No.: 4,151




Citation (Anthologie @ lun 11 jan 2010, 17:00) *
Je n'ai jamais entendu un "petit" être content de la Sacem... J'aimerais vraiment que tu m'expliques comment elle les favorise, ça serait une grande découverte pour moi !

Voilà ce que je sais : lors d'une enquête d'opinions sur la Sacem que j'ai fait pour préparer mon projet, à une époque où je pensais que c'était adapté à tout le monde (je voulais y inscrire mon groupe), je n'ai eu AUCUN témoignage positif au niveau de ce que ça leur rapporte financièrement. Au mieux ils étaient contents que leurs morceaux soient protégés. Puis ce sont des employés de la Sacem eux-même qui m'ont dit que pour un même nombre de passages à la radio, Johnny se faisait plus d'argent qu'un artiste ayant vendu 1000 albums, car les ventes d'albums sont prises en compte.


Bon,

je m'incline devant les enquêtes d'opinions.

Je t'invite juste à consulter sur sacem.fr, les barêmes de rémunération, tu y verras (j'espère ! blink.gif ) que les tarifs à la minute et/ou la seconde, comme je te l'ai déjà dit sont les mêmes pour tout les ayants-droits. (Sauf Johnny qui n'est ni auteur, ni compositeur)

Désolé de t'avoir importuné, je dois être parmi les...... "gros".... c'est pas pas une si mauvaise nouvelle rolleyes.gif

Peut-être peux-tu te rapprocher de l' Irma ou des fédérations de labels indépendants, il y en a beaucoup, ils sont là pour renseigner et aider à éviter de faire certaines confusions.

Si tu as une question précise, et si tu le souhaite je peux essayer de te répondre.

Tu trouveras sur MacMusic des dizaines de pages de discussions sur les sujets que tu abordes. Je te suggère le formidable topic "Hadopi au tapis"

Bon courage pour tes projets.

O.

This post has been edited by overdrive: Mon 11 Jan 2010, 19:29


--------------------
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
O.
Pas de droits...pas de chocolat !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Marsu
post Mon 11 Jan 2010, 19:28
Post #18


Tikophobe forever…
Group Icon

Group: Team
Posts: 6,650
Joined: 08-Feb 03
From: Fontaine Daniel - FR
Member No.: 11,773




Citation (Anthologie @ lun 11 jan 2010, 12:49) *
D'une manière générale, la culture est de toute manière très mal gérée... en France on se targue d'avoir une Ministère de la Culture, mais quand on sait que la grosse majorité du budget sert à subventionner les "gros" à coup de millions, quand une asso organisant un festival à 500 entrées sur 2 soirs se voit refuser une demande de 300 euros pour rentrer dans ses frais (exemple parmi tant d'autres).


Pourrais t'on savoir de quel "gros" tu parles ? Des institutions publiques ? Des établissements d'enseignements ? Des scénes nationales (qui ont d'ailleurs un budget pour le sujet qui t'intéresse), des films, des orchestres (etc, la liste est trop longue) ?

Ne le prends pas mal, mais je crois que tu confonds le Ministère de la Culture avec un établissement qui pourrais subventionner TA culture, donc de passer d'une gestion collective à une gestion individualiste. Ce qui est complètement différent. cool.gif


--------------------
Site à jourBlog
N'hésitez pas à contribuer à l'AudioLexic !
Petite boutique en ligne iApps
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Anthologie
post Mon 11 Jan 2010, 20:44
Post #19


Newbie


Group: Members
Posts: 16
Joined: 09-Jan 10
From: Aix-en-Provence - FR
Member No.: 112,377




Citation
Pourrais t'on savoir de quel "gros" tu parles ? Des institutions publiques ? Des établissements d'enseignements ? Des scénes nationales (qui ont d'ailleurs un budget pour le sujet qui t'intéresse), des films, des orchestres (etc, la liste est trop longue) ?

Ne le prends pas mal, mais je crois que tu confonds le Ministère de la Culture avec un établissement qui pourrais subventionner TA culture, donc de passer d'une gestion collective à une gestion individualiste. Ce qui est complètement différent.


Je parles surtout des grosses boîtes de prod qui organisent des concerts au Stade de France... Je sais qu'en Angleterre, où j'ai vécu quelques années, la culture implique plus le secteur privé. En fait, c'est super compliqué comme débat car c'est quand même grâce à ce même Ministère que le cinéma français est si réputé dans le monde... Je voulais juste mettre en exergue que l'argent publique d'une manière général boude les musiques actuelles. Mais c'est une attitude bien française de promouvoir les secteurs dans lesquels on a été pionniers (et parfois toujours à l'heure actuelle), en délaissant la culture contemporaine (à part des exceptions logotées NRJ et MCM). Même au niveau local, le problème est le même... subventionner plusieurs millions d'Euros et solliciter les entreprises privées pour un festival d'art lyrique on sait faire, mais aider les projets concernant les musiques actuelles, ont sait moins... Et pourtant je suis pour qu'on aide le festival d'art lyrique qui attire du monde internationalement, mais je demande une plus juste répartition des ressources.

Citation
Bon,

je m'incline devant les enquêtes d'opinions.

Je t'invite juste à consulter sur sacem.fr, les barêmes de rémunération, tu y verras (j'espère ! ) que les tarifs à la minute et/ou la seconde, comme je te l'ai déjà dit sont les mêmes pour tout les ayants-droits. (Sauf Johnny qui n'est ni auteur, ni compositeur)

Désolé de t'avoir importuné, je dois être parmi les...... "gros".... c'est pas pas une si mauvaise nouvelle

Peut-être peux-tu te rapprocher de l' Irma ou des fédérations de labels indépendants, il y en a beaucoup, ils sont là pour renseigner et aider à éviter de faire certaines confusions.

Si tu as une question précise, et si tu le souhaite je peux essayer de te répondre.

Tu trouveras sur MacMusic des dizaines de pages de discussions sur les sujets que tu abordes. Je te suggère le formidable topic "Hadopi au tapis"

Bon courage pour tes projets.


Je te sens agacé sad.gif Ce n'était pas mon but... Et je te remercie beaucoup d'être mon interlocuteur, c'est comme ça qu'on apprend, par l'échange !

Pour en revenir au sujet, il est vrai que certains y trouvent leur compte, et tu as l'air d'en faire partie, c'est une bonne chose ! Mais tout le monde n'est pas dans ton cas. Par ailleurs, je serais sincèrement heureux qu'un artiste soit connu grâce à SOUN music, et je lui botterais le cul s'il hésitait à s'inscrire à la Sacem !

J'ai reçu un message d'un membre du Forum 440 qui me dit qu'en plus de 10 ans il n'a pas reçu plus de 250 euros, et qu'il regrette qu'à l'époque il n'y ait pas eu CC car - comme il m'a écrit : "je peux clairement dire que la SACEM nuit à ma carrière en me fermant les portes de tous les sites communautaires et autres WebRadios qui existent pour la promotion des "nouveaux talents"".

J'ai eu l'occasion de travailler récemment pour le tremplin Emergenza en tant que backliner pour 4 soirées, et forcément j'ai été amené à parler de mon projet. Et bien sur les 30 groupes rencontrés (7-8 groupes par soir), absolument aucun n'avait les mêmes propos que toi vis-à-vis de la Sacem. Aucun des groupes adhérents de la Sacem n'avait ne serait-ce que remboursé les frais d'inscription (qui sont pourtant peu élevés).

Si tu veux une question précise, et bien je vais t'en poser une, et même deux :

Quels sont les avantages de s'inscrire à la Sacem quand on est un groupe indé habitué aux petites salles et qui ne vend pas plus de 1000 albums ?
Et puis, le but premier de bon nombre d'artistes n'étant pas de gagner de l'argent, mais d'être écoutés par le plus de monde possible... quel est l'intérêt de s'inscrire à la Sacem ?

PS : je te rassure, je suis plus qu'au courant de l'existence de Irma et des fédérations de labels, ça serait problématique pour un porteur de projet de ne pas l'être je pense smile.gif

This post has been edited by Anthologie: Mon 11 Jan 2010, 20:45


--------------------
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Marsu
post Mon 11 Jan 2010, 21:07
Post #20


Tikophobe forever…
Group Icon

Group: Team
Posts: 6,650
Joined: 08-Feb 03
From: Fontaine Daniel - FR
Member No.: 11,773




Citation (Anthologie @ lun 11 jan 2010, 20:44) *
Je parles surtout des grosses boîtes de prod qui organisent des concerts au Stade de France...


Donc pas du Ministère de la Culture.

Citation
subventionner plusieurs millions d'Euros et solliciter les entreprises privées pour un festival d'art lyrique on sait faire, mais aider les projets concernant les musiques actuelles, ont sait moins... Et pourtant je suis pour qu'on aide le festival d'art lyrique qui attire du monde internationalement, mais je demande une plus juste répartition des ressources.


C'est le même problème pour les groupes de jazz, les compagnies de musique baroque ou médiévale, sans parler du théâtre ou des chorales… Ce que tu appelles subventionner dans ton exemple est aussi une forme de d'investissement : l'argent investit dans un festival (peu importe lequel) permet pendant un temps donné (une semaine ou deux) une sorte de boom économique dans la région concernée. C'est clair qu'il y a des abus (pas la peine de se voiler la face non plus), mais il faut regarder le concept dans sa globalité, pas uniquement du côté qui t'intéresse.






--------------------
Site à jourBlog
N'hésitez pas à contribuer à l'AudioLexic !
Petite boutique en ligne iApps
Go to the top of the page
 
+Quote Post

3 Pages V  < 1 2 3 >
Reply to this topicStart new topic
1 User(s) are reading this topic (1 Guests and 0 Anonymous Users)
0 Members:

 

Lo-Fi Version - Fri 15 Dec 2017, 12:56
- © 440 Forums 2011